Actualités

Normandie

Creully préserve sa capacité d’investir

Agrodistribution | Publié le

Les responsables de la coopérative ont affiché un chiffre d’affaires en hausse de 5,44 % en 2017-2018, lors de l’assemblée générale du 26 novembre dernier. Le plan silos se poursuit et le projet bio est sur les rails.

« Notre plan silos à l’horizon 2025 doit à la fois combler notre manque de capacité de stocka­ge à la récolte et nous permettre de mieux alloter pour viser des marchés de qualité rémunérateurs », a souligné Pascal Desvages (à droite), le président de la coopérative de Creully. © A. DUFUMIER
« Notre plan silos à l’horizon 2025 doit à la fois combler notre manque de capacité de stocka­ge à la récolte et nous permettre de mieux alloter pour viser des marchés de qualité rémunérateurs », a souligné Pascal Desvages (à droite), le président de la coopérative de Creully. © A. DUFUMIER

Globalement, « nous maintenons une capacité d’autofinancement à environ 2 millions d’euros, soit 2,16 % du chiffre d’affaires. C’est très important car c’est comme cela que nous pouvons poursuivre notre plan silos à l’horizon 2025, qui doit à la fois combler notre manque de capacité et nous permettre de mieux alloter pour viser des marchés de qualité rémunérateurs », a expliqué Pascal Desvages, le président de la coopérative de Creully, le 26 novembre dernier en assemblée générale.

Concernant le calibrage des investissements, le président a souligné une volatilité des rendements, notamment après le constat d’une récolte 2018 en baisse de 15 %. « Nous avons enregistré deux mauvaises récoltes en trois ans. Pour piloter au mieux la coopérative, nous nous posons la question de savoir si notre moyenne se situera à l’avenir à 300 000 t de collecte ou plutôt à 250 000 t. Notre conseil d’administration prend ses décisions avec la plus grande prudence sur ce point. »

Objectif presque atteint en bio


Dans ce contexte, la coopérative souhaite s’emparer de logiques de valorisation par les filières. Le silo bio inauguré l’été dernier connaît en 2018-2019 sa première campagne de mise en service. Malgré des difficultés climatiques qui ont frappé de plein fouet les productions bio du secteur en 2018, la collecte a atteint envi­ron 1 200 t, un chiffre finalement pas trop éloigné de l’objectif initial de 1 500 t. « Les cultures en mélange ont tiré leur épingle du jeu. Cependant les triticales purs ont été très impactés, avec environ 40 % de baisse de rendement », souligne le partenaire technique de la coopérative, Antoine Jeanne, d’Agronat.

Repositionnement sur l’orge de brasserie

Après la récolte de 2016, la coopérative a continué de travailler la récolte « conventionnelle » de 2017 avec la meunerie locale. « Mais nous devons continuer à améliorer la qualité panifiable de nos blés et les capacités d’allotement à la moisson pour augmenter les volumes. » La coopérative s’est également « repositionnée sur le marché de l’orge de brasserie ; celui-ci a représenté 8 % des ventes de la campagne. Un système de contractualisation a été inauguré avec la récolte des orges brassicoles de 2018.

L’OS est par ailleurs certifié pour pouvoir livrer l’éthanolerie et l’amidonnerie Téréos de Lillebonne qui a représenté 5 % des ventes de blé. « Il n’y a pas de prime particulière sur ce marché, mais ce débouché nous permet de valoriser des blés dont les temps de chute d’hagberg sont trop faibles », souligne Thomas Lepainteur, le responsable marché­. En 2017-2018, 87 % du blé tendre de l’OS a pris le chemin du grand export via les ports de Caen et de Rouen.

L’activité légumes en net repli

En 2017-2018, la coopérative de Creully a réalisé un chiffre d’affaires de 92,445 millions d’euros (M€), en hausse de 5,44 % par rapport à 2016-2017, selon les chiffres présentés en assemblée générale. Une progression qui s’explique par une hausse de 25 % de la collecte en 2017, la deuxiè­me meilleure collecte de son histoire. Ainsi l’activité grains a-t-elle engendré une croissance de CA de 9,06 % à 57,3 M€. L’agrofourniture est également en hausse de 3,6 % à 31,25 M€. L’activité légumes est quant à elle en net repli avec une chute de 21,8 % de CA à 3,87 M€. Cette chute est à relier à une baisse des volumes en pomme de terre combinée à une baisse des prix.

Alexis Dufumier