Actualités

Alsace

Le Comptoir agricole arrête l'activité pommes de terre

Agrodistribution | Publié le

La coopérative alsacienne retrouve un niveau de collecte de 1 Mt en 2017-2018. Son chiffre d'affaires est conforté par ses filiales vigne et élevage, mais elle perdra l'apport de la pomme de terre en 2018-2019, a-t-elle annoncé lors de son AG le 20 décembre.

« Nous n'avons pas atteint la taille critique en pommes de terre », reconnaît Marc Moser, président du Comptoir agricole. © C. REIBEL
« Nous n'avons pas atteint la taille critique en pommes de terre », reconnaît Marc Moser, président du Comptoir agricole. © C. REIBEL

Des ventes de céréales en hausse de 3,7 M€, l'intégration complète sur douze mois des activités élevage (30,8 M€) et vigne (19,3 M€) font bondir le chiffre d'affaires consolidé du Comptoir de 317 à 345 M€ en 2017-2018 pour un « modeste » résultat de 1,7 M€. « Nous sommes revenus au volume d'animaux traité jadis par la coopérative Copvial dont nous avons pris la suite », s'est félicité Marc Moser, président, à l'assemblée générale de la coopérative du 20 décembre 2018.

Triplement de la collecte bio

La collecte bio triple ses volumes à 1 700 t de céréales diverses. La filière houblon renoue avec une phase de croissance et les semences de maïs sont considérées en vitesse de croisière malgré une surface revenue de 1 170 à 833 ha.

En revanche, la pomme de terre n'y arrive plus. « Nous n'avons pas atteint la taille critique. Au manque de volume s'est ajoutée une trop forte hétérogénéité de la production pour satisfaire les demandes de la grande distribution », justifie Marc Moser. La section créée en 2002 représentait 28 producteurs, 134 ha et 1,2 M€ de chiffre d'affaires. La coopérative facilitera le passage des planteurs vers d'autres opérateurs.

Silorins reprend du service en 2019

Denis Fend, directeur général, a pour sa part affirmé que la remise en service des installations du silo Silorins est prévue pour les récoltes de blé et de maïs 2019. L'explosion survenue le 6 juin 2018 a amputé les capacités de stockage de la coopérative (800 000 t au total) de 7 %. « Elle a été difficile à vivre pour les familles des quatre blessés, l'entreprise, la profession », a témoigné Denis Fend.

Les causes du sinistre ne sont toujours pas officiellement établies. L'hypothèse la plus probable est une interaction entre des travaux de maintenance et de nettoyage concomitants qui se déroulaient à deux étages distincts des installations et à vingt-cinq mètres de distance.

Christophe Reibel